Investir dans le vin en 2017 ? Est-ce un bon placement ?

investir dans le vin en 2017

Investir dans le vin en 2017 ? Est-ce un investissement rentable ? Dans quelles mesures ?

Investir dans le vin

Lorsqu’il s’agit de placer son argent, les premières idées qui nous viennent à l’esprit sont : le plan d’épargne logement (PEL), le livret jeune, le livret A, ou encore l’immobilier et le trading. Il existe toutefois des placements alternatifs pouvant se révéler intéressants. Pour répondre à la question de savoir où investir son capital, de plus en plus d’investisseurs et épargnants affichent désormais leur penchant pour le vin.
Cette alternative représente une solution d’épargne qui permet, en parallèle, de diversifier son portefeuille. En outre, nul besoin d’être un grand passionné de vin pour investir dans ce domaine. Il suffit de recueillir l’essentiel à savoir sur le sujet. Un intérêt particulier pour la viticulture et le vin dans sa généralité.

placements dans le vin

Un placement complexe et à risque

Investir dans le domaine du vin se révèle être pour le moins complexe. Le retour sur investissement n’est au rendez-vous qu’en cas de placement sur le long terme. Les experts avancent une durée minimum de 5 ans. En outre, de plus en plus utilisé pour diversifier son patrimoine, ce type de placement se voit attribuer une part maximale de 5 %. Un mode d’investissement permettant à certaines bouteilles une hausse de valeur avoisinant les 70 %. Toutefois, force est de constater qu’un tel taux est difficilement accessible.
À l’instar de l’investissement en pétrole, l’investissement d’art ou l’investissement locatif, investir dans le vin représente des risques non négligeables. Des achats visant à vider sa cave durant les deux premières années d’investissement correspondent, par exemple, à un taux de perte allant jusqu’à 50 %.

Dans quel type de vin investir ?

Le choix du vin se révèle crucial en termes de placement. Pour autant, il ne s’agit pas d’aller chercher dans la catégorie des premiers crus, dont le coût n’est pas donné du tout. Ne lésinant pas sur la qualité, un investisseur averti optera pour les appellations reconnues (vins de Bordeaux, de Bourgogne ou des Côtes du Rhône) .
Pour mieux rentabiliser le placement, il faudra aussi diversifier sa cave. Une opération qui consiste à acquérir un certain nombre de millésimes. La règle d’or est d’éviter les millésimes trop vieux. En effet, les bouteilles qui s’avèrent être rentables ont entre seulement 15 et 20 ans.

investissement dans le vin

Bien conserver pour un investissement rentable

La conservation des vins constitue l’un des points à privilégier, en vue d’un retour sur investissement optimal. Elle passe par la mise en place d’une cave conforme aux normes en vigueur. Cet emplacement doit, par exemple, jouir d’une infime variation de température. Son taux d’humidité est assez élevé afin de le prémunir contre les risques liés à l’oxydation.
Ces deux conditions permettent aux vins d’augmenter en qualité, en fonction de la durée de stockage. En prime, les « actions » conservent aussi l’intégrité de leur étiquette.

Quelques exemples de méthodes d’investissement dans le vin

Le domaine du vin compte un nombre élevé de méthodes d’investissement. Parmi celles-ci figure l’achat en direct, formule très prisée et basée sur des ventes aux enchères. Elle ne prévoit néanmoins pas de lieu de stockage. Une bonne gestion du risque oblige : en conservant les vins chez lui, un investisseur prudent pensera ainsi à associer des garanties supplémentaires à leur assurance habitation. À titre indicatif, les ventes aux enchères correspondent à des frais allant entre 15 et 20%. Les plus-values font, quant à eux, l’objet d’une imposition.

Achat et revente de vin comme placement

Pour contourner la complexité indissociable au processus de revente, d’autres investisseurs se tournent vers une formule très particulière. Il s’agit de créer une cave en louant les services d’une entreprise spécialisée. Cette dernière se charge de tout ou presque (présélection des bouteilles et stockage). Sur son site web, elle met des services de revente à la disposition de ses clients. L’intérêt pour cette formule d’investissement s’explique par une fiscalité avantageuse : une exonération de TVA à hauteur de 20 % à la revente. Un avantage découlant de la conservation des vins dans des ports francs.

placements alternatifs vin

Investissement dans le vin controlé par l’AMF

Investir dans le vin peut également se faire dans un fonds de placements agréé par l’AMF. Cette formule reste toutefois rare. Elle est notamment décriée pour l’aspect aléatoire des rendements.
Certains investisseurs se mettent également au goût du jour en s’aventurant dans les marchés financiers. Il faut noter que cette méthode ne s’adresse pas à un investissement individuel. En passant par les entreprises spécialisées et cotées en bourse, ou bien à un groupement foncier viticole (GFV), on peut aspirer à un retour sur investissement plus qu’intéressant. Cette seconde option permet un rendement moyen entre 2 et 2,5%. Son principal atout est d’ordre fiscal : l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) est fixé à seulement 25 % de la valeur des parts. Il est aussi plafonné à 101 897 €. Les mêmes règles s’appliquent en cas de donation ou de succession, avec en prime un abattement de 75 %.
Investir en bourse appelle aussi à cultiver certaines habitudes. Mieux vaut par exemple suivre l’actualité, afin d’effectuer les transactions au bon moment.

Lire aussi : 5 bonnes raisons d’investir dans le diamant d’investissement chez DiamondPrivilege